Politics

Jusqu’à 8 ans de prison pour avoir forcé au moins huit jeunes femmes dont quatre mineures à se prostituer




Le tribunal correctionnel de Bruxelles a prononcé, vendredi matin, des peines entre 300 heures de travail et 8 ans de prison à l’encontre de quatre personnes prévenues pour exploitation de jeunes femmes. Elles ont été reconnues coupables d’avoir forcé au moins quatre filles majeures et au moins quatre autres mineures à se prostituer.

Le principal prévenu a écopé de 8 ans de prison avec arrestation immédiate. Le tribunal a notamment tenu compte du fait qu’il était en état de récidive légale et qu’il a commis les faits alors qu’il était en libération conditionnelle. Il avait déjà été condamné, par le même tribunal, pour des faits similaires dans le cadre d’un autre réseau de prostitution.

Le second prévenu a été condamné à 6 ans de prison avec arrestation immédiate également. Le tribunal a considéré qu’il avait agi sous les ordres du premier. La prévenue, quant à elle, a écopé de 5 ans de prison avec sursis probatoire. L’enquête a montré que cette jeune femme de 18 ans s’occupait de fixer les rendez-vous, de payer la location de l’appartement où les victimes devaient recevoir des clients, et de réclamer leurs gains à celles-ci. Selon certains témoignages, elle recrutait aussi des filles pour le réseau. Enfin, le dernier prévenu a été condamné à une peine de travail de 300 heures, ayant joué un rôle plus limité dans l’organisation.

Pour établir les peines, le tribunal a tenu compte de “l’extrême gravité des faits”, commis “sans le moindre respect de l’intégrité physique et sexuelle des victimes, dont certaines étaient mineures”. La juge a relevé qu’il ressortait clairement des écoutes téléphoniques qu’il régnait “un climat d’agressivité constant”. Elle a également estimé que les prévenus ont sans aucun doute “profité de la fragilité des victimes pour engranger le maximum de profits”.

Les quatre prévenus ont été reconnus coupables d’avoir mis en place un réseau de prostitution, en forçant, à l’aide de menaces et de violence, plusieurs jeunes femmes, certaines mineures, à entretenir des relations sexuelles avec des hommes dans un appartement loué à Saint-Gilles. Les victimes étaient inscrites par les prévenus sur le site web de prostitution Quartier rouge. L’une d’elles, âgée de 16 ans, a raconté qu’elle était forcée de satisfaire 20 à 30 clients par jour. C’est son témoignage qui a permis à l’enquête de démarrer, en 2018.

La jeune fille a décidé d’informer ses parents de sa situation et ceux-ci se sont ensuite rendus dans un commissariat pour déposer plainte. Sur la base des éléments de lieu et d’identité des auteurs, que la victime a fournis, les enquêteurs ont rapidement pu interpeller les prévenus. Les policiers sont entrés en contact avec huit victimes au total, quatre majeures et quatre mineures, mais il est possible qu’il en existe d’autres non identifiées. Pour la plupart, il s’agit de jeunes femmes vivant dans un milieu précarisé. Certaines, mineures, étaient en fugue lorsqu’elles ont été approchées par les prévenus.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close