Politics

Hein Vanhaezebrouck: “Je ne sais pas si je reste”



Une conférence de presse de Hein Vanhaezebrouck vaut toujours la peine, surtout après une victoire historique. Voici son best of.

“C’était dramatique pour Depoitre de s’être blessé au mollet lors du dernier sprint de l’échauffement. Cette Coupe doit réduire sa douleur. J’ai dit aux autres de jouer pour lui et c’est ce qu’ils ont fait.”

“J’ai sorti Tissoudali parce qu’il avait des crampes à cause du Ramadan. Si, il a mangé et bu le jour du match, mais c’était la première fois. Il s’en veut de ne pas avoir mangé dimanche, mais je respecte la religion de chacun.”

“On était peut-être un peu plus dangereux qu’Anderlecht, mais la différence dans le jeu n’était pas énorme. On mérite surtout la Coupe parce que l’on a eu un parcours compliqué. On a éliminé Bruges et le Standard, même si je sais qu’en Wallonie vous ne trouvez pas que c’est une prestation de battre le Standard.”

“Pour moi, Ngadeu et Samoise étaient les hommes du match. Ngadeu a le plus de temps de jeu de tous les joueurs au monde et il a failli être le anti-héros de la soirée en ratant son tir au but. Heureusement, Davy Roef l’a sauvé.”

“Je n’avais pas rédigé de liste de tireurs pour les tirs au but. Avant le match, j’avais une dizaine de joueurs qui étaient en mesure de frapper. Je savais qu’il m’en resterait 6, 7 ou 8 après 120 minutes. Ils étaient tous très bien tirés. Vous avez vu celui de De Sart ? Une fusée dans la lucarne. Même avec trois gardiens dans le but, le ballon serait rentré.”

“Je n’ai pas encore décidé si je reste à Gand. Bien sûr que c’est possible que je parte, même après avoir gagné une Coupe. Je veux connaître les ambitions et les possibilités financières du club dans les années à suivre. Si on est limités, il ne faut pas vouloir se mesurer aux grands du championnat. Cet hiver, je voulais des renforts mais je ne les ai pas reçus. Ce sont des choses que j’accepte, mais je veux connaître la réalité à l’avance.”

“J’ai dit à mes joueurs de savourer ce moment, parce que la majorité ne sait pas ce que c’est d’être dans le camp adverse. Nous sommes au ciel, Anderlecht est en enfer. Je le sais, parce que je l’ai vécu avec Courtrai. Avoir perdu la finale (1-0 contre Lokeren en 2012) est la page la plus noire de ma carrière. Même en ayant gagné cette Coupe, je ne m’en suis pas encore remis. Je ne sais donc pas si Anderlecht pourra facilement digérer cette défaite pendant les playoffs 1.”



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close